Home

LokiCastle-990x658 Retour à l’actualité scientifique… qui met en lumière des événements très anciens de l’histoire de la vie.

Un article, paru dans l’édition du 14 mai de Nature, nous décrit la découverte d’un nouveau phylum, les Lokiarchaeota, appartenant au domaine des archéobactéries. Les Lokiarchaeota présentent certaines caractéristiques génétiques proches de celles des cellules eucaryotes, et pourraient donc permettre d’en expliquer l’origine.

Pour ceux à que ces noms plein de “k” et de “y”  ne disent pas grand chose… on sépare le monde vivant en trois grand domaines, les bactéries (Bacteria), les archéobactéries (Archea), et les eucaryotes (Eukarya). Les deux premiers domaines regroupent une très grande majorité des espèces vivantes. Ils sont pourtant presque invisibles : ce sont ce que nous appelons couramment les microbes (ou procaryotes), formes de vie unicellulaires et relativement simples, mais à l’incroyable diversité biochimique. Le troisième domaine, auquel nous appartenons, regroupe des organismes à l’organisation plus complexe tant aux niveaux cellulaire et subcellulaire (compartimentation, présence d’un noyau, d’organites, de membranes internes) que supra-cellulaire (existence d’organismes pluricellulaires). Malgré ces grandes différences, il est communément admis que toutes les formes de vie présente sur Terre ont une origine commune. Ce modèle postule l’existence d’une transition procaryotes-eucaryote au cours de l’histoire de la vie. Les Archea ont, dès leur découverte, fait figure de candidats idéaux pour expliquer cette transition (ils sont génétiquement plus proches des eucaryotes que ne le sont les Bacteria).  Jusqu’à présent, pourtant, le pas à franchir entre les Archea connus et les eucaryotes était bien grand. Les travaux de Thijs Ettema (Université d’Uppsala) apportent une pierre permettant de le faire plus facilement. En effet, le génome des Lokiarcheota présente de nombreux gènes associés à des fonctions cellulaires caractéristiques des eucaryotes (remodelage des membranes, trafic intracellulaire, cytosquelette). Il permettrait ainsi d’expliquer et d’organiser les étapes ayant permis de passer de l’organisation procaryotique à l’organisation eucaryotique.

Les Lokiarcheota ont été découverts dans les fonds hydrothermaux de la dorsale mid-océanique de l’Océan Arctique, entre la Norvège et le Groenland, exactement à 15 km de la source hydrothermale de Loki’s Castle. A 2300 m de profondeur, ces cheminées de roches volcaniques sombres, expulsant une eau brûlante, ne constituent pas un environnement apparemment très propice à la vie. Pourtant, ils sont le lieu d’une grande biodiversité, en particulier archéenne. Cette richesse encore inexplorée offre de belles perspectives de recherches vers d’identification de nouvelles lignées archéennes, comme autant de pas de plus vers la compréhension de l’origine des cellules eucaryotes.

http://www.nature.com/nature/journal/v521/n7551/full/nature14447.html

http://phenomena.nationalgeographic.com/2015/05/06/new-loki-microbe-is-closest-relative-to-all-complex-life/

http://www.washingtonpost.com/news/speaking-of-science/wp/2015/05/06/newly-discovered-missing-link-called-loki-ties-us-to-our-single-celled-ancestors/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s