Home

bousier

La recherche peut prendre parfois des raccourcis étonnants. Et dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, le raccourci passe par l’intestin des bousiers (vous savez ces scarabées qui font rouler des boules de bouses à la surface du sol) et nous mène vers la biodiversité des mammifères…

Je m’explique en quelques mots. Un article récemment publié dans le journal en ligne biorxiv (“bio-archive”, qui publie des articles avant révision par les paires pour permettre aux autres scientifiques de  voir, discuter et commenter les résultats rapidement. Ce ne sont donc pas des articles complètement finalisés et parfaitement léchés) présente le travail d’analyse génomique du contenu de l’intestin des bousiers.

Étudier la biodiversité génétique d’une région n’est pas chose aisée. Collecter les échantillons, les analyser… demande du temps, de l’argent et beaucoup d’expertise. Pour gagner du temps, on peut combiner le séquençage à haut-débit et les études de métagénomiques (étudier en une seule analyse un ensemble de génomes), en récoltant des échantillons dans l’environnement et en identifiant les ADN qu’ils contiennent, au hasard. La technique présentée ici est une variation sur ce thème, l’environnement échantillonné, l’intestin du bousier… n’étant pas tout à fait choisi au hasard.

Les auteurs ont collecté les contenus intestinaux des bousiers (Scarabaeidae) d’une région de savane sud africaine dans l’objectif d’y trouver des ADN de mammifères (des bouses desquels les coléoptères se nourrissent). Ils pensent ainsi pouvoir analyser indirectement la biodiversité de mammifères de la région, de façon relativement simple (ils sont facilement capturés et échantillonnés, beaucoup plus que les vertébrés dont ils consomment les bouses).

Les résultats sont plutôt concluants! Ils ont ainsi identifié (en utilisant l’ADN mitochondrial) autour de 600 espèces distinctes. Parmi lesquelles des ongulés sauvages et domestiqués connus sur le site (le Gnou bleu, le Zèbre… des chèvres domestiques).

Au delà de l’anecdote, cette étude permet de prouver la faisabilité de la méthode et son intérêt pour détecter des espèces rares ou en danger d’extinction.

c_mg_7938

cc_dsc_0198_16x9

Metagenomic sequencing of dung beetle intestinal contents directly detects and identifies mammalian fauna. Conrad P.D.T. Gillett et al.

http://biorxiv.org/content/early/2016/09/12/074849.full.pdf+html

Petit clin d’œil en conclusion à l’entomologiste Jean-Henri Fabre, qui a longuement observé le comportement du bousier et dont je reproduis un texte ici.

Ce n’est pas affaire de faible portée que d’accorder à un insecte une intelligence de la situation vraiment étonnante, et une facilité de communication entre individus de la même espèce plus surprenante encore. J’insiste donc sur ce point. Comment ? Un Scarabée dans la détresse concevrait l’idée d’aller quérir de l’aide ? Il s’en irait au vol, explorant le pays tout à la ronde, pour trouver des confrères à l’œuvre autour d’une bouse ; et les trouvant, par une pantomime quelconque, par le geste des antennes en particulier, il leur tiendrait à peu près ce langage : « Dites donc, vous autres, ma charge a versé là-bas dans un trou ; venez m’aider à la retirer. Je vous revaudrai cela dans l’occasion. » Et les collègues comprendraient ! Et, chose non moins forte, ils laisseraient aussitôt là leur travail, leur pilule commencée, leur chère pilule exposée aux convoitises des autres et certainement pillée en leur absence, pour s’en aller prêter secours au suppliant ! Tant d’abnégation me laisse d’une profonde incrédulité, que corrobore tout ce que j’ai vu pendant des années et des années, non dans des boites à collection, mais sur les lieux mêmes de travail du Scarabée. En dehors des soins de la maternité, soins dans lesquels il est presque toujours admirable, l’insecte, à moins qu’il ne vive en société, comme les Abeilles, les Fourmis et les autres, ne se préoccupe d’autre chose que de lui-même.

Souvenirs entomologiques
Jean-Henri FABRE, 1879, Ière Série, Chapitre 1.

S’il ne se préoccupe guère de ses congénères, le bousier pourrait servir à l’étude de beaucoup d’autres espèces…

 

http://www.harmasjeanhenrifabre.fr/fr/collections/specimens-phares/bousier

https://www.e-fabre.com/e-texts/souvenirs_entomologiques/scarabee_sacre.htm

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s