Home
ma_034

 

Avoir des écailles, ou ne pas en avoir… Pour la carpe, ce n’est pas une simple question de costume.
Une équipe de recherche issue de laboratoires français, hongrois et malgaches a étudié l’évolution de la  carpe miroir, sélectionnée pour avoir moins d’écailles, après qu’elle ait relâchée à Madagascar (il y a cent ans). Ils ont observé une évolution à rebours : les carpes redevenues sauvages ont retrouvé des écailles. L’article publié dans Proceedings of the Royal Society, en décrit l’origine génétique.

hokusai-l

Depuis qu’elle a été introduite en Europe au Moyen-Âge, les moines, dans le but de faciliter le travail de préparation des animaux avant consommation, sélectionnent des carpes communes de manière à ce qu’elles aient moins d’écailles (… ne pas oublier que Gregor Mendel, le père de la génétique, croisa les petits pois dans son monastère Saint-Thomas de Brno ou que la « Clémentine » issue du croisement naturel d’une fleur de mandarinier et du pollen d’oranger, fût ainsi baptisée par la société d’horticulture d’Alger en l’honneur de son créateur, le père Clément Raimbault). L’entreprise est un succès et, de générations en générations, ils finissent par obtenir des carpes presque entièrement privées d’écailles (qu’ils appellent, pour évoquer la surface réfléchissante de leur peau, “carpes miroir”). On sait maintenant que cette sélection a porté sur le gène fgfr1a1, muté chez les individus dépourvus d’écailles.

En 1912, les européens introduisent des carpes miroirs à Madagascar où elle sont relâchées en milieu naturel pour fournir une ressource alimentaire aux habitants. Alors que les eaux malgaches étaient jusqu’alors vides de carpes, l’opération est un succès et les  poissons introduits prospèrent dans ce nouvel environnement. Mais, dès les années 1950, on rapporte une réversion de l’aspect des carpes : elles deviennent de plus en plus écailleuses. Quels mécanismes évolutifs et génétiques sont-ils en jeu?

 

hiroshige-l

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont capturé environ 700 spécimens de carpes malgaches et ont conjointement étudié l’aspect de leur peau et leur ADN. Environ 65 % des carpes récoltées étaient entièrement couvertes d’écailles  (à l’image des carpes originelles, avant la sélection faite par les moines). Pourtant, cela ne correspond pas à une réversion simple de la mutation initiale : elles portent toutes encore la mutation fgfr1a1. Ce sont ici plusieurs autres gènes qui entrent en jeu. Selon les auteurs de l’étude le trait serait sélectionné parce que les écailles offrent une meilleure protection contre les parasites et les prédateurs.

Cent ans, ce n’est pas plus de quarante générations de carpes! Cette étude s’ajoute ainsi à la liste de celles qui illustrent la rapidité avec laquelle les processus évolutifs peuvent se mettre en place (voir Papillons noirs, papillons blancs ; Œuvre au noir ; Cucurbita, mortelle amertume ; Cette leçon vaut bien un fromage sans doute; Dis-moi ce que tu manges… ; Celle qui faisait des transgènes sans le savoir…).

 

How could fully scaled carps appear in natural waters in Madagascar? Jean-Noël Hubert et al. Proceedings of the Royal Society B, août 2016.

http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/283/1837/20160945

http://phys.org/news/2016-08-carp-rapid-de-evolution-scales.html

 

Illustrations

Katsushika Hokusai. L’initiation à la transmission de l’essence des choses. La Manga de Hokusai (Denshin kaishu Hokusai manga).
La déesse de la compassion Kannon (Avalokiteshvara, en sanskrit) debout sur le dos d’une carpe géante
15 volumes, 1812-1878.
Livre illustré de gravures sur bois imprimées en deux teintes. 227 x 155 mm

Katsushika Hokusai. Deux carpes.
Ère Tempō, an II (1831), Estampe nishiki-e, format uchiwa-e, 23,2 x 28,7 cm.
Paris, Musée national des arts asiatiques – musée Guimet
© Rmn-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier.

http://expositions.bnf.fr/japonaises/albums/manga/index.htm
http://www.guimet.fr/fr/expositions/expositions-passees/hokusai–laffole-de-son-art–dedmond-de-goncourt-a-norbert-lagane

Andô Hiroshige. Carpe. 1797-1858, Estampe Japonaise 22.7 x 34.7 cm.

http://expositions.bnf.fr/japonaises/arret/08.htm

 

Ecrits sur une écaille de carpe

Werner Lambersy

Pour parler aux carpes,
on invente les fontaines
 
 
Au bout de l’infini, il y a sans doute
une carpe qui tourne lentement
 
 
Sur chaque écaille,
il y a un de tes noms inconnus

2 thoughts on “Sur une écaille de carpe

  1. Pingback: De carpes, d’écailles et de gènes… | Ricochets

  2. Pingback: Le choix du bourdon | Ricochets

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s